ARTICLES‎ > ‎

Paul Watson human population

Paul Watson's neomaltusian point of view about the growing of Human population, the way it should be interlinked with Nature and the ways to reach his goals.

La conception néomalthusienne de Paul Watson sur la croissance de la population humaine, la relation qu'elle devrait avoir à la nature et les solutions pour y arriver.

Link to the original page. Lien vers la page d'origine : http://www.seashepherd.org/commentary-and-editorials/2008/10/30/the-beginning-of-the-end-for-life-as-we-know-it-on-planet-earth-340

Date : 2007 ou 2008.

The Beginning of the End for Life as We Know it on Planet Earth?

There is a Biocentric Solution.

Commentary by Paul Watson
Founder and President of Sea Shepherd Conservation Society

Does humanity have a future?

We are presently living in what conservation biologists refer to as the Holocene extinction event. This is the sixth global mass extinction event in last 439 million years.

The previous five extinction events wiped out between 50 to 95 percent of species each time. The most recent event was 65 million years ago at the end of the Jurassic period, a cataclysmic occurrence that exterminated the dinosaurs, the dominant group of species at of that period.

Evolution addresses the diminishment of biological diversity through speciation, but it takes at least ten million years to build up diversity of species to the level prior to a mass extinction event.

The world ten million years after the Jurassic crash was radically different than the world of the dinosaurs. The world after the Holocene extinction event, the one we are in now, will be as radically altered and most likely one of the species that will not survive the event will be the present dominant species - the human species.

In a way, the Holocenic extinction event could also be called the "Holocenic hominid collective suicide event."

After all, we Homo sapiens are the last survivors of the hominid line, a group that has been on its way out for some time. The beetle family, for example, has some 700,000 species by comparison. Odds are many of the beetle species will survive the event, whereas we will not.

But the reality is that what is happening now is the result of the collective actions of us hominids. We are the ruthlessly territorial primates whose numbers have soared far beyond the level of global carrying capacity for the deadly behavioural characteristics that we display.

This did not happen yesterday because we suddenly became aware of the dangers of global warming. It began 50,000 years ago when a relatively hairless primate stumbled out of equatorial Africa and began wiping out the megafauna of the time. Wherever this creature (our ancestor) went, their arrival was followed by large die-outs of megafauna. Primitive hominids were well-organized, efficient, slaughter crews. As they advanced, the mammoth, sabre-toothed cats, cave bears, giant sloths, camels, horses, and wholly rhinos fell to their stone weapons and deliberately set fires. The extinction of all of these great mega-species is directly attributable to "primitive" human hunters. The hunting down of the mega-fauna was followed by the advent of agriculture and the domestication of selected animals. Domesticated cows, goats, sheep, and pigs grew in numbers and denuded large areas of grasslands. Irrigation systems began to toxify land. Then agriculture was followed by industrial activities, and finally, by the burning off of vast amounts of fossil fuels.

As an example, consider Australia. There were incredible creatures that once lived and foraged in the wilds of Australia more than 50,000 years ago. They vanished.

They were victims of widespread fires set by the first human inhabitants, the ancestors of modern day Aboriginals. The fires were set to burn the brush, either to assist in hunting or to clear the land. Whatever the reason, the fires were devastating and the result was a massive extinction of species, primarily the majority of the incredible mega-fauna of the continent.

The entire ecosystem of Australia some fifty millennium ago was disrupted and transformed by humans. The fires wiped out food sources for browsing animals like the 200-pound flightless bird called the Genyornis. Marsupials the size of grizzly bears were obliterated. Also destroyed were tortoises twice the size of those in the Galapagos today, and snakes and lizards in excess of twenty-five feet.

In all, some 85 percent of the mega-fauna was removed because of human intervention.

According to research by scientists at the University of Colorado, the Australian National University, and the University of Washington, the analysis of organic material in some 700 fossil eggshells laid over centuries by the enormous bird Genyornis newtoni revealed that the birds lived among an abundant array of vegetation that suddenly became very scarce. This scarcity coincides with the period of colonization of Australia by humans from Indonesia.

"It was systematic burning that caused the catastrophic collapse of the largest animals.'' This according to Gifford Miller in an interview from the Australian National University in Canberra.

"The widespread fires altered the environment so drastically that what had been forest turned into a dry landscape of small scrubby shrubs and grasses, where smaller animals that could thrive on much more varied diets were able to survive while the megafauna vanished,'' he said.

"It can happen anywhere at any time: Humans are a part of any ecosystem, so when you introduce people into the system, they're bound to alter it - often so rapidly that other parts of the ecosystem don't have any time to adjust. The result is extinction,'' Miller said.

It has been a case of steady diminishment for thousands of years followed by a rapidly accelerating ecological downward spiral.

Today, escalating human populations have vastly exceeded global carrying capacity and now produce massive quantities of solid, liquid, and gaseous waste. Biological diversity is being threatened by over-exploitation, toxic pollution, agricultural mono-culture, invasive species, competition, habitat destruction, urban sprawl, oceanic acidification, ozone depletion, global warming, and climate change. It's a runaway train of ecological calamities.

It's a train that carries all the earth's species as unwilling passengers with humans as the manically insane engineers unwilling to use the brake pedal.

The latest reports from the International Union for the Conservation of Nature's  Red List (IUCN) - a database measuring the global status of Earth's 1.5 million scientifically named species  - states quite confidently that we will lose half of them by 2150.

This is a cataclysmic prediction, yet it is strangely absent from the world's media. No one wants to hear about it. It's depressing. We would rather collectively deny ecological realities.

I've heard from some denialists that species extinction is natural. Yes it is, but the normal extinction rate over millions of years has been about one species per year and the niche vacated is readily filled by another species that begins to specialize in filling that niche.

But, we are now losing species faster than they can be replaced and entire ecological niches are being vacated permanently.

Of the 40,168 species that the 10,000 scientists in the IUCN assessed, one in four mammals, one in eight birds, one in three amphibians, one in three conifers, and other gymnosperms are at risk of extinction. The peril faced by other classes of organisms is less thoroughly analyzed, but fully 40 percent of the examined species of planet earth are in danger, including perhaps 51 percent of reptiles, 52 percent of insects, and 73 percent of flowering plants.

Extinction of marine wildlife is considered to be even more severe with only 4% of the Northern cod remaining and sharks being removed from the sea at a rate of one hundred million a year.

By the most conservative measure - based on the last century's recorded extinctions - the current rate of extinction is 100 times the background rate. Harvard conservation biologist Edward O. Wilson estimates that the true rate is more like 1,000 to 10,000 times the background rate. We are losing about 200 species a day and remember that the norm is one species per year.

Wilson predicts that our present course will lead to the extinction of half of all plant and animal species by 2100.

The trends are all around us and in the process of rapid escalation. Of course, it is easy to dismiss this and go about our business which is the ignorance-is-bliss-school of thought.

But, would we do this if we were diagnosed with a terminal disease? No, as depressing as that revelation would be, we would address possible remedies. We would look for a cure. We would try to survive.

The planet's ecosystem is a collective living organism and operates very much like the human body. Water is the blood of the earth. It provides the same function in the body as it does for the earth. Water transports nutrients to the land and transports waste to the sea or more specifically the estuaries and salt marshes that function as the liver for the earth, cleansing the water of the toxins. Water circulates through the ecosystem from the sea into the clouds falling back onto the land and returning to the sea again. It is pumped by the energy of the sun, the heart of the earth. It's a continuous cyclic movement of nutrient bearing, waste removing action that keeps the land fertile.

A river is an artery and a vein, and streams and brooks are capillaries. Put a dam on a river and you cut off an artery preventing nutrients from moving downstream and you cut off the vein preventing the waste from the land from being removed and cleansed.

Plankton, plants, and especially forests are the lungs of the earth, removing carbon dioxide and producing oxygen. Overfishing, plankton harvesting, and deforestation is literally diminishing global lung capacity.

Species work interdependently to develop mutually beneficial strategies that maintain and strengthen ecosystems. Every species removed diminishes the system and weakens the collective body of the biosphere.

Humans are presently acting upon this body in the same manner as an invasive virus with the result that we are eroding the ecological immune system.

A virus kills its host and that is exactly what we are doing with our planet's life support system. We are killing our host the planet Earth.

I was once severely criticized for describing human beings as being the "AIDS of the Earth." I make no apologies for that statement. Our viral like behaviour can be terminal both to the present biosphere and ourselves. We are both the pathogen and the vector. But we also have the capability of being the anti-virus if only we can recognize the symptoms and address the disease with effective measures of control.

John Muir once wrote that when you tug on any part of nature, you find that it is intimately connected to every other part of nature.

The symptoms are right here before our eyes. Bee diminishment is causing diminishment in plants dependent upon bee pollination. Army ants support 100 known and identified species from beetles to birds. Grey whales are returning to Mexican lagoons under-nourished. Shark and large predatory fish populations have been reduced to between 65 to 95 percent in our oceans. Entire fish species are in a state of rapid collapse, especially the commercially valued species like cod, wild salmon, swordfish, and tuna.

Seventy species of South American frogs have been declared extinct in the last two decades. Thousands of species of insects are going extinct in the rainforests that have not even been discovered and classified.

I remember walking along the beaches in Vancouver harbour a few decades ago. Every single stone overturned sent a flurry of disturbed baby crabs scurrying to find new cover. I was fascinated by the sheer number of tiny crustaceans that I observed on those walks. Today, I have not found a single young crab under a single rock on those beaches. They were picked clean by Vietnamese immigrants that descended like locusts onto those beaches and stripped them clean. And criticism of that exploitation immediately elicited accusations of racism.

Today racism, cultural rights, and the right to exploit nature for commercial gain are the weapons used to defend gross over-exploitation of species and the destruction of natural habitats.

An extinction event is a quickly accelerating process. The number of species removed will rise relevant to the rising number of host species.

There is only one cure, only one way of stopping this rising epidemic of extinctions. The solution requires an extraordinarily immense effort by all of human society but it is achievable.

We need to re-wild the planet. We need to "get ourselves back to the garden" as Joni Mitchell once so poetically framed it.

This is a process that will require a complete overhaul of all of humanities economic, cultural, and life style systems. Within the context of our present anthropocentric mind-set the solution is impossible. It will require a complete transformation of all human realities.

But the alternative is unimaginable. Unless we address the problem, we will be faced with the complete transformation of the planet from one of diversity to ecosystems shattered, weakened, and destroyed by mass extinction and the collapse of bio-diversity.

One hundred and fifty years ago, Henry David Thoreau wrote that "in wildness is the preservation of the world."

We should not be living in human communities that enclose tiny preserved ecosystems within them. Human communities should be maintained in small population enclaves within linked wilderness ecosystems. No human community should be larger than 20,000 people and separated from other communities by wilderness areas. Communication systems can link the communities.

In other words, people should be placed in parks within ecosystems instead of parks placed in human communities. We need vast areas of the planet where humans do not live at all and where other species are free to evolve without human interference.

We need to radically and intelligently reduce human populations to fewer than one billion. We need to eliminate nationalism and tribalism and become Earthlings. And as Earthlings, we need to recognize that all the other species that live on this planet are also fellow citizens and also Earthlings. This is a planet of incredible diversity of life-forms; it is not a planet of one species as many of us believe.

We need to stop burning fossil fuels and utilize only wind, water, and solar power with all generation of power coming from individual or small community units like windmills, waterwheels, and solar panels.

Sea transportation should be by sail. The big clippers were the finest ships ever built and sufficient to our needs. Air transportation should be by solar powered blimps when air transportation is necessary.

All consumption should be local. No food products need to be transported over hundreds of miles to market. All commercial fishing should be abolished. If local communities need to fish the fish should be caught individually by hand.

Preferably vegan and vegetarian diets can be adopted. We need to eliminate herds of ungulates like cows and sheep and replace them with wild ungulates like bison and caribou and allow those species to fulfill the proper roles in nature. We need to restore the prey predator relationship and bring back the wolf and the bear. We need the large predators and ungulates, not as food, but as custodians of the land that absorbs the carbon dioxide and produces the oxygen. We need to live with them in mutual respect.

We need to remove and destroy all fences and barriers that bar wildlife from moving freely across the land. We need to lower populations of domestic housecats and dogs. Already the world's housecats consume more fish than all the world's seals and we have made the cow into the largest aquatic predator on the planet because more than one half of all fish taken from the sea is converted into meal for animal feed.

We need to stop flying, stop driving cars, and jetting around on marine recreational vehicles. The Mennonites survive without cars and so can the rest of us.

We can retain technology but within the context of Henry David Thoreau's simple message to "simplify, simplify, simplify."

We need an economic system that provides all people with educational, medical, security, and support systems without mass production and vast utilization of resources. This will only work within the context of a much smaller global population.

Who should have children? Those who are responsible and completely dedicated to the responsibility which is actually a very small percentage of humans. Being a parent should be a career. Whereas some people are engineers, musicians, or lawyers, others with the desire and the skills can be fathers and mothers. Schools can be eliminated if the professional parent is also the educator of the child.

This approach to parenting is radical but it is preferable to a system where everyone is expected to have children in order to keep the population of consumers up to keep the wheels of production moving. An economic and political system dependent on continuous growth cannot survive the ecological law of finite resources.

There is, of course, a complexity of problems in adjusting to a new design that will simply allow us to survive the consequences of our past ecological folly.

Curing a body of cancer requires radical and invasive therapy, and therefore, curing the biosphere of the human virus will also require a radical and invasive approach

It won't be easy but then it's better than the alternative.

Le début de la fin de la vie telle que nous la connaissons sur la planète terre ?

Il existe une solution bio-centrée.

Commentaires par Paul Watson
Fondateur et President de la Sea Shepherd Conservation Society


L’humanité a t'elle un futur ?

Nous vivons l’ère de ce que les biologistes conservationnistes appellent l'extinction de l'holocène, à savoir la 6eme extinction de masse globale depuis les dernières 439 millions d'années.

Les 5 extinctions de masse globale précédentes ont à chaque fois vue la disparition de 50% à 95% des espèces. La + récente s'est déroulée il y a 65 millions d'années ( a la fin du jurassique)  via un événement cataclysmique qui a exterminé les dinosaures, espèce dominante de cette époque.

L'évolution permet de parer à la diminution de la diversité biologique mais cela demande au moins 10 millions d'années pour recouvrer un niveau pré- extinction de masse.

10 millions d'années après le cataclysme du jurassique, le monde était radicalement différent de celui des dinosaures. Le monde après l'extinction de l'holocène (celui dans lequel nous vivons aujourd'hui) sera  également radicalement modifié,  et très probablement, l'espèce dominante (l'homme) ne survivra pas.

A ce titre, on pourra parler du "suicide collectif humain" de l'holocène.

Après tout, nous Homo sapiens sommes les seuls survivants de la famille des hominidés, un groupe qui est sur le déclin depuis déjà pas mal de temps. La famille des insectes, par comparaison, comprends quelque 700,000 espèces. Il est donc fort probable que les insectes survivent a l'extinction de masse globale de l'holocène, alors que nous pas.

En réalité, ce qui se passe actuellement est le résultat des actions collectives des hominidés.Nous sommes en effet d’impitoyables primates territoriaux dont le nombre a largement dépassé le seuil autorisé par nos comportements destructeurs.

Ceci n'a pas commencé hier parce que soudainement nous avons été avertis du danger du réchauffement de la planète. Cela a commencé il y a 50.000 ans lorsqu'un primate relativement imberbe a émergé de la forêt équatoriale africaine et a commencé à décimer la méga faune de l'époque. Partout ou cette créature (notre ancêtre) est allée, son  arrivée a été suivie d'une large disparition de la méga faune. Les hominidés primitifs étaient  en effet de très efficaces machines à tuer, très bien organisées. Au fur et à mesure de leur avancée, les mammouths, les tigres à dents de sabre, les ours des cavernes, les rhinos laineux, etc... ont tous disparus sous les coups de leurs armes de pierre et de leur feu. L'extinction de toutes ces méga espèces est directement attribuable aux chasseurs humains "primitifs". La chasse de cette méga faune a été suivie par la mise en place de l'agriculture & de la domestication de certaines espèces choisies. Le nombre de vaches, de chèvres, de cochons domestiques n'a alors cessé de croître, mettant à nu de vastes prairies herbeuses, et l'irrigation a fini d’empoisonner la terre. L'agriculture a ensuite été suivie par les activités industrielles puis par l'utilisation massive des énergies fossiles.

Prenons par exemple l'Australie. Des créatures incroyables ont vécu sur cette île continent il y a 50.000 ans,  puis elles ont disparues, victimes des feux de brousse allumés par les premiers hominidés, ancêtres des Aborigènes actuels. Ces feux de brousse étaient allumés soit pour aider les hommes à chasser, soit pour faire "place nette". Quelle qu'en soit la raison, ces feux ont été dévastateurs et ont entrainés l’extinction massive de nombreuses espèces, et en tout 1er lieu l'incroyable méga faune de ce continent.

Il y a 50,000 ans c'est donc l’écosystème tout entier de l'Australie qui a été perturbé et transformé par les humains. Ces feux ont détruits les ressources alimentaires d'animaux tels que le Genyornis, un oiseau terrestre de 100kgs. Des marsupiaux de la taille de grizzly, des tortues 2 fois + grosses que celles des Galápagos actuelles ainsi que des lézards & des serpents de plus de 7m50 on été anihilées.

En tout, c'est 85% de la méga faune qui a été détruite par l'intervention de l'homme.

Selon une étude menée par l’University of Colorado, the Australian National University, et l’University of Washington, sur les matières organiques de 700 œufs de Genyornis newtoni  fossiles, il est prouvé que ces oiseaux vivaient parmi une végétation abondante & variée qui s'est subitement raréfiée. Cette raréfaction coïncide avec la colonisation de l'Australie par des humains venus d'Indonésie.

Selon  Gifford Miller  de l'Université Nationale Australienne de Cambera, "ce sont les incendies systématiques qui ont causés la disparition catastrophique des animaux de grande taille".

Ces feux à grande échelle ont modifié l'environnement d'une façon si dramatique, que ce qui était a l'origine des forêts humides sont devenues des plaines arides et broussailleuses, où seuls les plus petits animaux, capables de survivre grâce à un régime alimentaire varié ont survécu, alors que la méga faune a disparue.

Il est possible de transposer cet exemple n’ importe où et  n’importe quand, l'humain  pouvant faire partie de tous les écosystèmes. Il suffit juste d'introduire l'homme  pour  que celui-ci modifie son environnement, souvent si rapidement que le reste de l'écosystème n'a pas le temps de s'adapter, ce qui conduit à son extinction.

Il s'agit donc d'un cas de diminution constante des espèces sur plusieurs milliers d'années, suivi d'un rapide déclin depuis le début du 20eme siècle.

De nos jours, la population mondiale croissante a largement dépassé les capacités de la planète à nous supporter. Cette population produit de vastes quantités de déchets solides, liquides & gazeux et la diversité biologique est menacée par la surexploitation, la monoculture, les espèces invasives, les polluants toxiques, la destruction des habitats naturels, l'accroissement des centres urbains, l'acidification des océans,  le trou de la couche d'ozone et le réchauffement climatique.
Nous sommes lancés a bord d'un train de calamités écologiques.

Ce train transporte avec nous le reste des espèces de la planète, passagers involontaires aux mains de conducteurs fous qui refusent de freiner la cadence...

Le dernier rapport de la liste rouge de l'Union Internationale de la Conservation de la Nature  (une liste qui  mesure le statut et l'évolution des 1,5 millions d'espèces scientifiquement identifiées de la planète) stipule de façon claire que la moitie de ces espèces aura disparu d'ici 2150.

Cette prévision cataclysmique est pourtant étrangement absente des médias mondiaux.
Personne ne veut voir la vérité en face, et nous préférons collectivement nier cette réalité écologique,  ce que je trouve déprimant.

J'entends aussi souvent de la part de négationnistes que l'extinction des espèces est un phénomène naturel. C'est tout à fait vrai, sauf que le rythme "normal" des extinctions au cours de millions d'années a été d'environ 1 extinction par an, et que la niche écologique laissée vide a été rapidement réoccupée par d'autres espèces qui ont commencé à ce spécialiser dans ce but.

Or actuellement,  les espèces s'éteignent à un tel rythme qu'elles ne peuvent être remplacées, et des pans entiers de niches écologiques restent inoccupées de façon permanente.

Sur les 40.168 espèces que les 10.000 scientifiques de l'UICN ont évaluées, 1 mammifère sur 4, 1 oiseau sur 8, 1 amphibien sur 3, 1 conifère sur 3 sont en danger d'extinction. Le risque qui menace d'autres espèces est moins bien évalué, mais on peut dire que 40% des espèces de la planète sont en danger avec peut-être jusqu'à 51% des reptiles, 52% des insectes et 73% des plantes à fleur.

L'extinction des animaux marins est considérée plus grave encore, avec seulement 4% des morues nordiques encore existantes et les requins étant prélevés au nombre de 100 millions par an.

Les prévisions les moins alarmistes, basées sur les extinctions enregistrées au cours du siècle précédent, font état d'un rythme 100 fois plus soutenu. Le biologiste de la conservation Edward O. Wilson de l'Université de Harvard estime même que le rythme réel d'extinction serait 1.000 a 10.000 fois plus élevé que par le passé. Nous perdons 200 espèces par jours, alors que souvenez-vous que le rythme "naturel" est d'une espèce par an.

Wilson prédit donc qu'au rythme actuel, la moitié des espèces animales & végétales auront disparue d'ici 2100.

Cette tendance se retrouve partout autour de nous et est en constante augmentation. Bien-sûr, il est facile d'ignorer et de rejeter cette idée et de continuer à faire "comme si de rien n'était", ce qui semble d'ailleurs être la norme dans nos sociétés.

Mais agirions-nous de la même façon si nous étions diagnostiqués d'une maladie mortelle ? Évidement non, et bien que cela soit déprimant, nous essaierions de trouver un remède, nous essaierions de nous battre pour survivre.

L'écosystème planétaire est un organisme vivant qui fonctionne de façon semblable au corps humain. L'eau est le sang de la terre, elle produit le même effet dans le corps humain que sur la terre. L'eau transporte les nutriments à la terre et les déchets à la mer, plus précisément aux estuaires et aux mangroves qui font office du foie de la planète, en débarrassant l'eau de ses toxines. L'eau circule à travers l'écosystème, de la mer aux nuages, avant de retomber sur terre, puis de retourner à la mer. L'eau est "pompée" par l'énergie solaire qui est le cœur de la terre. C'est un  mouvement cyclique de transport des éléments nutritifs et de prélèvement des déchets qui maintient le sol fertile.

Une rivière est à la fois artère et veine, et les ruisseaux sont les capillaires. Si vous construisez un barrage sur une rivière, vous coupez une artère (ce qui va empêcher la distribution des éléments nutritifs) et vous coupez également une veine (ce qui empêchera la terre d'évacuer ses déchets).

Le plancton, les plantes et tout particulièrement les forêts sont les poumons de la terre, qui éliminent le CO2 et produisent de l'Oxygène. La surpêche, la récolte du plancton et la déforestation diminuent littéralement les capacités pulmonaires de la planète.

Toutes les espèces travaillent en inter connectivité de façon mutuellement bénéfique, ce qui maintient et renforce l'écosystème. Toute espèces détruite diminue donc le système et affaiblit la biosphère collective.

L'humain agit pour le moment comme un virus dans cette biosphère, avec pour résultat d'éroder le système immunitaire écologique.

Un virus tue son hôte, et c'est exactement ce que nous faisons : nous somme en train de tuer la planète Terre.

J'ai été sévèrement critiqué pour avoir comparé les êtres humain au SIDA de la terre, et je ne le renierai jamais. Notre comportement de virus peut en effet être mortel à notre biosphère et à nous même. Nous somme à la fois le vecteur et le pathogène. Mais nous avons aussi la capacité d'être l'anti-virus, à condition de bien vouloir reconnaitre les symptômes de la maladie et de bien vouloir se décider à la soigner grâce à des mesures efficaces de contrôle.

John Muir a écrit un jour que quand on tire sur n'importe quel fil de la "pelote" de la nature,  vous réaliserez qu'il est intimement lié à chacune des parties de cette nature.

Les symptômes sont justes là, sous nos yeux. Le nombre décroissant des abeilles qui entraîne une diminution des plantes qui en dépendent pour leur pollinisation. Les armées de fourmies soutiennent en symbiose 100 espèces connues d'insectes et d'oiseaux (??). Les baleines grises qui retournent dans les lagons mexicains sont sous-alimentées. Les requins et autres grands poissons prédateurs ont vu leurs populations réduites de 65 a 95%. Des espèces entières de poisson sont sur le point de disparaître, en particulier celles à à valeur commerciale comme la morue, le saumon sauvage, l'espadon et le thon.

70 espèces de grenouilles sud américaines ont été déclarée éteintes depuis les 20 dernières années. Des  milliers d'insectes disparaissent des forêts tropicales avant même d'avoir été découverts et classifiés.

Je me souviens de mes promenades sur les plages du port de Vancouver il y a quelques 10aines d'années.
Chaque pierre retournée abritait une armada de bébés crabes courant partout pour trouver un nouvel abri. J'étais fasciné par le nombre incroyable de crustacés que je pouvais observer durant ces ballades. Aujourd'hui, il est impossible de trouver 1 seul crabe sous aucun des rochers sur toutes ces plages. Ils ont tous été décimés par des immigrants vietnamiens qui ont débarqués sur ces plages tels une nuée de criquets et les ont vidées de toute vie. Et critiquer cette exploitation vous vaut d'être immédiatement accusé de racisme.

De nos jours, le racisme, les droits coutumiers & ancestraux d'exploiter la nature à des fins commerciales sont devenus les armes utilisées pour justifier et défendre l'exploitation à outrance et la destruction d'habitats naturels.

L'extinction est un processus qui s'accélère rapidement: le nombre d'espèces éteintes va augmenter avec l'augmentation de la population.

Il n'existe qu'un seul remède, une seule façon de stopper cette épidémie galopante d'extinctions. Cette solution nécessite un effort extraordinaire de toute l'humanité, mais c'est possible.

Nous devons rendre la planète à son état sauvage. Nous devons revenir dans notre jardin, comme Joni Mitchell l'a dit un jour de façon si poétique.

Ce processus nécessitera un complet changement des habitudes économiques, sociales & culturelles de l'humanité. Mais, dans le contexte actuel d'anthropocentrisme, cela est impossible. Cela nécessiterait une transformation totale des réalités humaines.

Mais nous n'avons pas d'autre choix. Si nous ne résolvons pas ce problème, nous devrons faire face à une transformation profonde de la planète qui aboutira a des écosystèmes dispersés, fragilisés et détruits par les extinctions de masse et l'effondrement de la biodiversité.

Il y a 150 ans, Henry David Thoreau a écrit : "c'est dans la nature sauvage qu'est le salut du monde".

Nous ne devons pas vivre dans des communautés humaines qui enferment de petits écosystèmes préservés au sein d'elles-mêmes. Les communautés humaines doivent être au contraire maintenues dans des petites enclaves faiblement peuplées au sein de vastes écosystèmes sauvages inter connectés. Aucune de ces communautés humaines ne devrait dépasser 20.000 personnes et devraient être séparées les unes des autres par des espaces sauvages. Elles pourraient être reliées entre elles via nos différents systèmes de communication.

En d'autres termes, nous devrions vivre dans des réserves humaines au milieu de la nature, au lieu d'avoir des réserves naturelles au milieu des hommes.
Nous avons besoin de vastes espaces sur la planète ou aucun homme ne devrait vivre, afin de laisser les autres espèces évoluer, sans aucune interférence humaine.

Nous devons radicalement et intelligemment réduire la population humaine à moins d'un milliards d'individus. Nous devons supprimer toute trace de nationalisme & de communautarisme pour devenir des terriens.Et en tant que terriens, nous devons reconnaitre à toutes les autres espèces vivantes de cette planète un statut égal au notre de terrien. C'est une planète qui présente une diversité de formes de vie incroyable. Elle n'appartient pas à une seule espèce comme beaucoup d'entre nous le croit.

Nous devons arrêter de bruler les énergies fossiles et utiliser seulement l'énergie  éolienne, hydrolienne et solaire, de même que toutes les sources d'énergies qui proviennent de petites unités individuelles ou communautaires telles que les moulins à vents, les moulins à eau ou les panneaux solaires.

Le transport maritime devrait se faire uniquement à la voile, et les grands voiliers devraient suffire à subvenir à nos besoins. Le transport aérien (dans les rares cas où il s'avérerait nécessaire) devrait pouvoir utiliser l'énergie solaire.

Toute la consommation devrait se faire au niveau local. Aucun produit alimentaire ne devrait avoir à être transporté sur des milliers de kilomètres pour être commercialisé. Toute pêche commerciale devrait être bannie. Si les communautés locales ont besoin de pêcher, les poissons devraient être pêchés individuellement, à la main.

De préférence, les régime alimentaires vegan ou végétarien devront être adoptés. Nous devons éliminer les troupeaux d'animaux domestiques comme les vaches et les chèvres pour les remplacer par des troupeaux d'animaux sauvages tels que les bisons et les caribous, pour permettre à ceux-ci de jouer leur rôle écologique dans la nature. Nous devons rétablir la relation proie-prédateur, et réintroduire les loups et les ours. Nous avons besoin de gros prédateurs et de gros herbivores, non pas comme source de nourriture, mais comme gardien de terres qui absorbent le CO2 et produisent de l'Oxygène.
 Nous devons apprendre à vivre avec eux, dans un respect mutuel.


Nous devons détruire et enlever toutes les barrières qui empêchent la vie sauvage de se déplacer librement sur terre.Nous devons réduire la population d'animaux domestiques, chats & chiens. Déjà la population mondiale de chats domestiques consomme plus de poissons que la population mondiale de phoques, et nous avons transformé la vache en super-prédateur marin en convertissant plus de la moitié des pêches mondiales en farine pour l'alimentation animale.

Nous devons arrêter de voler en avion, arrêter de conduire des voitures et arrêter de naviguer sur des engins motorisés. Les Mormons survivent très bien sans voiture, et donc le reste d'entre nous peut le faire.

Nous pouvons maintenir notre technologie, mais à son niveau d'utilisation le plus simple possible, comme le préconise Henry David Thoreau ("simplifions, simplifions, simplifions").

Nous avons besoin d'un système économique qui puisse fournir éducation, santé et sécurité pour tous, et qui puisse supporter cela sans avoir recours à une production de masse ni à une large utilisation des ressources naturelles. Or cela ne peut être possible que dans un contexte d'une population globale bien moindre.

Qui devrait avoir des enfants ? Ceux qui sont responsables et entièrement dédié a cette responsabilité, ce qui représente en fait une toute petite partie de la population humaine.
Etre un parent devrait être un travail à part entière, un métier. Comme certains sont ingénieurs, musiciens ou avocats, d’autres, avec le désir et les aptitudes, pourraient devenir parents. Les écoles devront alors être éliminées,  ces « parents professionnels» prenant en charge l’éducation complète de l’enfant.

Cette approche de la parentalité peut paraître radicale, mais elle préférable au système où tout le monde est supposé avoir un enfant afin de maintenir une population de consommateurs capable de faire tourner les rouages de la production mondiale. Un système économique et politique basé sur une croissance continue ne peut pas survivre à la loi écologique de ressources limitées.

Il existe bien sur une foule de problèmes complexes à résoudre pour pouvoir s’adapter à un nouveau mode de vie nous permettant juste de survivre à nos folies écologiques du passé.

Soigner un cancer nécessite un traitement de choc et pénible, et c'est pourquoi, pour soigner la biosphère du virus humain, il faut aussi utiliser un traitement de choc et pénible.

Cela ne sera pas facile, mais nous n’avons pas d’autres solutions.